Libido, ad libitum ?

22 05 2010

Avant on se faisait l’amour. Et elle aimait ça. Moi, si j’aimais ça ? J’aimais ça au point de rapidement accepter qu’elle s’endorme après avoir joui, comme un rustre de mec, sans m’avoir rendu la monnaie de ma pièce. Tout simplement parce que ce n’était pas le but de la manœuvre. Hors de question de faire un décompte des orgasmes à la fin de la partie fine. Ouais.
Seulement ça va faire trois mois.
Trois putain de mois que, non seulement elle ne me touche pas, mais qu’en plus je ne peux plus la faire atteindre le plafond du sixième ciel et au delà. Pas qu’elle me repousse, non, mais je sens bien, quand mes mains se baladent doucement sur son corps, s’attardant là où, au début de notre histoire, un simple effleurement mettait le feu aux poudres, je le sens bien que le feu ne prend pas. Et pourtant elle m’aime je le sais, je le sens, et elle me le dit. Mais un truc s’est brisé, un truc qui fait qu’elle n’a pas envie.

Moi, il me suffit d’un mouvement de ses cheveux, mouvement qui diffuse son parfum dans mon espace olfactif, pour avoir les sens sans dessus-dessous, alors être collée des nuits entières contre ce corps que je connais si bien sans pouvoir mélanger sa peau à la mienne, c’est purement et simplement de la torture.

Je suis patiente parce que je sais que j’ai ma part de responsabilité dans tout ça, et que je l’aime, surtout. Mais combien de temps, encore, avant que les mécanismes ne se débloquent ? Combien de jours, de semaines, de mois, avant de retrouver l’envie dans ses yeux, le contact de sa langue et le goût de son plaisir ?
J’aimerais pouvoir enfin remplacer mes nuits sans sommeil par d’autres nuits sans sommeil…


Actions

Information

9 responses

24 05 2010
fanchon

J’aurais pu l’écrire. Je crois que je sais ce que tu ressens. Et qu’il faut le vivre pour savoir que ça peut être une souffrance.
I’m so sad…

24 05 2010
Jas

Tu le vis ? tu l’as vécu ? tu es triste pourquoi ? Parce que tu vis encore ça ? Pardon pour toutes ces questions. Je ne me sens pas triste, du moins pas tant que ça. Même si c’est vrai que parfois, à force de réfréner mes élans, je me sens envahie par un terrible sentiment de solitude, alors que la personne que j’aime est à côté de moi. La dernière fois j’y pensais tellement que j’en ai pleuré, devant elle. Au moins maintenant elle sait que j’ai mal.

26 05 2010
fanchon

Je le vis, depuis quasiment un an. Je suis parvenue à m’anesthésier, mais je suis malgré tout très triste, certains jours :
Parce que ça me manque de ne plus partager cette complicité avec elle. Parce que j’ai honte de ressentir ce manque alors que je sais que son amour est sincère, j’ai alors l’impression de ne pas être capable de réfréner une pulsion bassement « animale ». Parce que j’essaie de lui cacher que j’ai envie d’elle, mais que je n’arrive pas toujours, et qu’il m’arrive de craquer, de pleurer devant son absence de réponse à mon désir. Parce que c’est long, d’espérer. Parce que je me demande si elle aura de nouveau envie un jour. Parce que je crois que tout est de ma faute.
(comment est-ce qu’elle a réagi, lorsque vous en avez parlé ?)

27 05 2010
Jas

Réponse sur ton mail… 😉

29 05 2010
BBCK

Et si justement, ne rien laisser transpirer de ces envies était la solution…?

30 05 2010
Jas

C’est à dire..tu ne choisis pas vraiment de laisser transpirer…tu essaies même plutôt de garder ça enfoui, en attendant que ses envies, à elle, reviennent…mais y a des jours, et surtout des nuits, où ça t’étouffe, où tu voudrais hurler que t’en peux plus, où ta peau, ton corps entiers voudraient hurler qu’ils ont envie d’elle.
Feindre l’indifférence physique, c’est pas faute d’essayer…mais on ne peux pas tout contrôler avec son seul cerveau, malheureusement.

3 06 2010
fanchon

BBC : Ne rien montrer, c’est ce que je tente de faire aussi. Pour respecter son absence de libido, et lui laisser le temps de revenir, la laisser venir à moi.
Mais tout comme JAS, quand c’est en pure perte, au bout de plusieurs mois, il y a un moment où on n’en peut plus d’enfouir ses désirs.
Tenter une approche et se faire éconduire par celle qu’on aime, à chaque nouvelle tentative, ça fait mal.

8 06 2010
anonyme

Je me suis bizarrement sentie concernée par ton post …
Et ça fait du bien de savoir que d’autres personnes ressentent ce qu’on ressent.
Bizarrement, avant, je me disais que le sexe n’était pas l’essentiel dans un couple, je pensais ça quand tout allait bien, mais maintenant je me dis que si, en fait, c’est essentiel, et même si ma copine m’aime et que je l’aime, sans sexe, on est plus vraiment un couple finalement …
Et j’ai limite honte de penser ça …
Alors, j’attends …

16 06 2010
Jas

En as-tu parlé avec elle ? N’aie pas honte, c’est normal. Le sexe c’est le premier fusible : quand ça va mal c’est lui qui saute… as-tu trouvé la raison de la panne ? En tout cas, n’attends pas sans agir/réagir si tu peux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :